AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'éthologie cognitive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2395
Localisation : 35
Date d'inscription : 18/06/2006

MessageSujet: L'éthologie cognitive   Jeu 8 Mai 2008 - 22:22

A ses débuts, l'éthologie, née en réaction au behaviorisme, ne semble pas destinée à rendre compte de propriétés cognitives flexibles, modifiables par apprentissage, mais plutôt à une description de systèmes pré-programmés, héritages de la sélection naturelle et de l'évolution.

Au coeur du Behaviorisme, dans les années 30, on voit se développer des travaux qu'on peut qualifier de précurseurs en matière de cognition animale.

Edward Tolman (1886-1959) et C. L. Hull (1884-1957) sont les figures emblématiques de ce renouveau qui donnera les premières impulsions aux travaux sur la représentation animale, et ouvrira la voie à une révision du dogme behavioriste. Il a fallu cependant attendre les années 75 pour voir s'exprimer les voeux de certains éthologistes du développement d'une éthologie cognitive. Donald Redfield Griffin (1915-2003) fut un des premiers à prôner l'idée que les comportements des animaux sont guidés par des processus cognitifs complexes, et plus particulièrement dans le domaine social (The Question of Animal Awareness, 1976).

Les travaux de Tolman, et ceux qui suivront souligneront la nécessité d'introduire entre le stimulus et la réponse des "variables intermédiaires".

-:- La notion de variable intermédiaire désigne les processus, généralement non observables du point de vue de l'expérimentateur, qui modulent les relations entre un stimulus et la réponse d'un organisme à ce stimulus.
-:- Les facultés de représentation en sont le prototype même, elles signent la capacité d'un animal de réactiver et utiliser une information qui n'est pas immédiatement disponible dans son environnement.

Elles impliquent une capacité à former une trace d'un stimulus, autrement dit à le conserver en mémoire et à réactiver mentalement ce stimulus rencontré préalablement (Vauclair, 1996).

L'animal a les capacités de catégoriser son environnement et de se le représenter.


L'éthologie cognitive dépasse l'opposition stérile de l'inné contre l'acquis : les facteurs impliqués dans l'ontogenèse d'un comportement, c'est-à-dire les facteurs qui lui confèrent ses caractéristiques propres le différenciant des autres comportements, sont appelés déterminants du comportement.

Ces déterminants sont classés en deux catégories :
-:- les déterminants internes, ou facteurs génétiques,
-:- les déterminants externes (environnement, expérience).

Ontogenèse comportementale

Un comportement est la résultante motrice du traitement de l'information effectué par les organes des sens et piloté par le système nerveux dont le cerveau constitue l'intégrateur final. Trois séries de filtres (neurologique, culturel et personnel) font que la réalité et l'expérience que les Animaux au sens large (l'Homme en faisant partie) se font, diffèrent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vegouest.blogspot.com
 
L'éthologie cognitive
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Colloque éthologie du poulain [21/11/09]
» Assistante en éthologie, comportements canins et félins
» Challenges d'éthologie
» Nous tous et l'éthologie!
» Les brevets en éthologie équine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VegOuest :: Généralités :: Droits, conscience et capacités des animaux-
Sauter vers: